Passer au contenu principal
WHOOP - French

La VFC et les idées reçues sur la récupération

La récupération WHOOP s'appuie sur 3 indicateurs :

IMG_4853.jpg

La fréquence cardiaque au repos : la fréquence cardiaque au repos (FCR) mesure votre fréquence cardiaque lorsque vous êtes au repos complet. La FCR est mesurée à l'aide d'une moyenne dynamique tout au long du sommeil, ce qui donne plus de poids aux périodes de sommeil à ondes lentes (SOL).

La variabilité de la fréquence cardiaque : la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) correspond à la variation de temps entre les battements successifs du cœur. Elle est également mesurée à l'aide d'une moyenne dynamique tout au long du sommeil, ce qui donne plus de poids aux périodes de sommeil à ondes lentes.

Plus votre VFC est élevée, plus votre fréquence cardiaque varie, ce qui indique naturellement que votre corps est prêt à la performance. La VFC est un indicateur de l'équilibre de votre système nerveux autonome, et une tendance à l'augmentation de la VFC entraîne une meilleure récupération.

Sommeil : le sommeil est le moment où votre corps récupère. Un sommeil plus réparateur chaque nuit améliore votre récupération le lendemain.

Pourquoi la VFC est-elle si importante ?

Des recherches ont montré que la VFC est l'une des meilleures mesures objectives de la condition physique d'une personne et qu'elle peut être utilisée comme une indication de l'état de préparation physiologique. La VFC est un bon indicateur :

  • Du niveau de récupération
  • De la capacité à tolérer un stress physique
  • De l'adaptabilité à l'entraînement
  • Du risque de blessure, d'épuisement et de surentraînement
  • Des paramètres de santé

Qu'est-ce qui affecte la VFC ?

Le corps s'adapte en permanence aux stimuli internes et externes. Le tableau suivant décompose les principaux facteurs qui affectent votre VFC :

whoopu-graph.jpg

 Adaptation adéquate aux stimuli de l'entraînement sportif :

Après un exercice à volume et/ou intensité élevés, ou en lien avec une combinaison de plusieurs des facteurs ci-dessus, vous pouvez remarquer une baisse de la VFC. Avec une récupération adéquate, votre corps s'adaptera et développera sa forme physique.

whoopu-graph2.jpg

Idées reçues sur la récupération :

« Je dois être dans le vert tous les jours pour être en bonne santé. »

Il est physiologiquement impossible d'avoir une récupération complète tous les jours. Votre corps réagit constamment à des facteurs de stress internes et externes et cela se reflète dans votre récupération WHOOP. De plus, si vous augmentez l'intensité de votre entraînement, votre corps doit passer par une période de dépassement fonctionnel afin d'améliorer sa condition physique.

« Être dans le rouge, c'est mauvais signe. »

C'est normal d'être dans le rouge de temps en temps. Peut-être avez-vous pris quelques verres avec des amis la veille, ou alors vous avez eu une semaine d'entraînement intense. Lorsque vous êtes dans le rouge, concentrez-vous sur des stratégies de récupération appropriées pour rebondir.

Être dans le rouge pendant plusieurs jours ou semaines de suite peut être un signe de maladie, de surentraînement ou de mauvaises habitudes de vie. Lorsque cela se produit, il est important de faire un effort important de repos et de récupération.

« Si je ne dors pas beaucoup, ma récupération sera faible. »

Pas forcément ! Bien que le sommeil soit extrêmement important et qu'il aide notre corps à se remettre, la récupération repose quand même sur l'évolution de la FCR et de la VFC. Veillez simplement à faire une sieste pendant la journée ou à dormir suffisamment la nuit suivante, sinon votre déficit de sommeil s'accumulera et vous récupérerez moins bien.

« Ma plage de VFC est plutôt basse, ce qui signifie que je suis moins en forme que mes pairs. »

La VFC est différente pour chacun. Elle est influencée par l'âge, le sexe, l'état de santé, la génétique et le mode de vie. Tout comme il existe des athlètes professionnels avec une VFC élevée, nombreux sont ceux qui se situent dans la moyenne. Il est important de prêter attention à vos propres tendances, plutôt que de vous concentrer sur un chiffre.

« Après 24 heures et une bonne nuit de sommeil, ma récupération devrait s'améliorer. »

La récupération complète peut prendre des jours, voire des semaines, selon les facteurs de stress que vous faites subir à votre corps. Par exemple, après avoir couru un marathon, il se pourrait que votre récupération mette une ou deux semaines à revenir à un niveau normal. Si vous avez un rhume, pendant quelques jours votre corps luttera contre les microbes et récupérera sans doute mal, même si vous dormez plus qu’assez.